Aller au contenu

L’Hôpital de Gimont, est fondé au 13ème siècle, en même temps que la ville de Gimont, par les moines cisterciens de l’Abbaye de Planselve, qui le nomment Hôpital Nôtre Dame.  Il est exclusivement réservé à la population locale. Il existe par ailleurs, l’Hôpital Saint-Jacques destiné à recevoir les pèlerins. Celui-ci est détruit lors de la déviation de la Gimone.

Cour-Hopital-Gimont

Vers le 18ème siècle, à la demande de l’Abbé Dubourg, les religieuses de Saint-Vincent intègrent l’Hôpital. Á partir de là, un meilleur accueil est proposé à la population locale et aux pèlerins privés de l’Hôpital Saint-Jacques. L’Hôpital ne compte alors que 12 lits.

Á partir de 1900, la politique hospitalière française change. Les questions d’hygiène, de qualité d’eau, de risques infectieux deviennent des priorités. Afin de répondre aux nouvelles exigences, l’Hôpital de Gimont se sépare de bon nombre de ses propriétés afin de réinvestir dans des locaux plus adaptés.

Dans les années 1950-60, une maternité est créée et ferme en 1971.

Hopital-005

En 1967, les religieuses laissent la Direction de l’Hôpital au premier Directeur laïque. Elles quittent l’Hôpital en 1980.

En 1971, sur le site de l’Hôpital, un bâtiment est créé en même temps que la rénovation de la chapelle de l’Hôpital. Celui-ci abrite jusqu’en 2006 les services administratifs et quelques résidents autonomes.

En décembre 1975, la maison de retraite de Cahuzac, située dans un ancien séminaire, est ouverte. Elle jouxte la chapelle de Cahuzac et jouit d’un parc arboré. Elle est vendue en septembre 2017.

Hopital 003

Dans les années 80, la partie médico-sociale est divisée en 2 secteurs, cure médicale et maison de retraite.

Dans les années 1990, l’Unité de Soins de Longue Durée (USLD) est créée.

En 2000, l’Hôpital ouvre sa cuisine centrale en liaison froide et développe un service de portage de repas à domicile pour les personnes âgées.

En Avril 2001, le Service de Soins à Domicile (SSIAD) ouvre avec une capacité de 15 places. A ce jour il a une capacité de 30 places.

Tout au long de ces années, la vocation gérontologique est affirmée, de nombreux projets se développent notamment en matière d’éducation thérapeutique et de nutrition mais aussi l’ouverture de 5 lits dédiés aux soins palliatifs

Rénovation et humanisation de l'Hôpital de Gimont

En 1997, l’Hôpital étant trop vétuste (quelques chambres à trois ou même à quatre lits, sans toilettes ni salle de bains), un projet de rénovation est mis en place. Il se divise en trois tranches :

Hopital Gimont
  • La première tranche débute en avril 1999 et se termine en mai 2000. La rénovation concerne le service de Médecine, le service de SSR, le service d’USLD ainsi que les services des cuisines et de la lingerie.
  • La deuxième tranche débute fin 2002 et se termine en 2004. Elle concerne la première partie du service EHPAD de 62 lits.
  • La troisième tranche débute en 2007 et se termine en 2008. Elle concerne la deuxième partie de l’EHPAD, la chambre funéraire et les locaux de l’accueil de jour.

En juin 2010, un accueil de jour ouvre au sein de l’Hôpital.

En 2012, suite au plan national Alzheimer, un Pôle d’Activité de Soins Adaptés (PASA) est créé.

Construction de l'EHPAD Saint-Hippolyte

St-Hippolyte-005

En 2008, devant l’augmentation de la dépendance des résidents accueillis et la vétusté des locaux de l’EHPAD site « Cahuzac », un projet de rénovation est envisagé en 2008. L’ampleur des travaux et le coût estimé orienteront les décisions vers un projet de reconstruction de l’EHPAD sur un autre site.

Ce projet intègre la création de deux unités sécurisées adaptées aux résidents souffrant de la maladie d’Alzheimer ou de troubles apparentés. Cependant, les restrictions budgétaires imposées par l’ARS ne permettront pas l’ouverture de ces deux unités.

L’EHPAD « Saint-Hippolyte » ouvre ses portes le 13 septembre 2017.

En 2020, le projet d’ouverture des deux unités sécurisées est relancé.